Les disciplines enseignées :

La branche de la philosophie médiévale (Ve–XVIe siècles) s'occupe d'une période de l'histoire de la philosophie occidentale pendant laquelle a eu lieu un débat d'une extrême fécondité pour la philosophie et le christianisme, débat qui va déterminer la conscience occidentale jusqu'à nos jours. La confrontation entre la rationalité grecque et les croyances judéo-chrétienne et islamique a transformé le questionnement philosophique ouvrant de nouveaux horizons et de nouvelles perspectives ; d'autre part, à travers cette confrontation, la culture chrétienne a été également transformée. La tâche de l'histoire de la philosophie est de restituer la pensée d'une époque donnée à travers une lecture et une interprétation contextuelles qui seules permettent d'en saisir les enjeux philosophiques et la signification historique : dans cette optique, la pensée du Moyen Âge est étudiée et présentée de manière à en faire ressortir les articulations internes et les liens avec les enjeux culturels de l'époque.
L'ontologie et la métaphysique examinent quelques questions philosophiques fondamentales ; par cette démarche, la raison critique cherche à prendre conscience des présupposés ultimes de la pensée et du réel. Ainsi comprises, ces disciplines ne posent pas seulement la question « Qu'est-ce que l'être? », mais elles tâchent également d'examiner le rapport entre l'esprit, la réalité et le langage. La métaphysique est autant philosophie de l'esprit que philosophie de l'être. De nos jours, la métaphysique ne peut se comprendre que par un recours à l'histoire, à savoir comme une discussion critique de la tradition métaphysique, que l'on ne peut ni globalement rejeter ni simplement répéter. De cette façon, l'étude de l'héritage métaphysique doit se comprendre à la fois comme une critique et une redécouverte de la tradition.


Points fondamentaux de l'enseignement et de la recherche :

dans l'étude et l'enseignement de la pensée médiévale, un accent particulier est mis sur le XIIIe et le XIVe siècle. Des penseurs comme Thomas d'Aquin, Gilles de Rome, Pierre de Jean Olivi ou Dietrich de Freiberg ont élaboré des systèmes d'un grand intérêt philosophique et peuvent être considérés comme représentatifs des résultats les plus importants auxquels a abouti l'interaction entre l'héritage philosophique et la culture chrétienne. Le XIVe siècle, marqué par des penseurs comme maître Eckhart, Dante Alighieri, Duns Scot, Pierre Auriol ou Guillaume d'Ockham, représente à bien des égards un tournant dans la pensée médiévale : par des élaborations qui à la fois assument les spéculations précédentes et s'inscrivent en rupture par rapport à elles, ces penseurs ouvrent d'importantes perspectives vers la modernité.


La Chaire de philosophie médiévale participe à un projet international d'édition des œuvres de François de la Marche (ou François d'Ascoli) et est engagée dans les travaux de la collection « Vestigia. Etudes et documents de philosophie antique et médiévale », de la collection « Dokimion » (Academic Press, Fribourg) et de la collection « Scrinium friburgense » éditée par l'Institut d'Études Médiévales. La Chaire a conclu des conventions d'échange et de collaboration avec plusieurs universités européennes (voir programme d'échanges auprès du Service de mobilité de l'Université de Fribourg).

Homepage

 

 

philosophie mÉdiÉvale et Ontologie